4ème jour de reprise de grève

4ème jour de reprise de grève

Des gouttes d’eau

Tout comme l’imposition de la décision de louer des places de parking, l’employeur a déposé deux plaintes pénales visant le mouvement de grève. L’une le premier jour, en raison de la fermeture des grilles de l’établissement, ce geste visait seulement les employé-es signataires du contrat de location de parking. L’autre plainte,en réaction à la reprise de la grève porte sur la violation de domicile, comme nous l’avons déjà signalé. Pourtant le droit de grève est parfaitement conforme au droit constitutionnel suisse.

Hier la police est donc venue faire un rapport sur le comportement des grévistes et vérifier les risques encourus pour l’établissement.

Les gouttes deviennent torrent

Manifestation devant les fenêtres de réunion du Conseil d’État

Les grévistes affrontent la bise avec drapeaux et une banderole. Les tracts sont distribués aux passants pendant les prises de paroles remarquablement élaborées. Les membres du comité de soutien et des représentants de certains partis politiques de gauche sont présents. Des personnes du troisième âge concernées par notre mouvement sont aussi présentes. L’une d’elle prendra la parole et osera dire une expression que nous n’avons pas prononcé: «la gestion de la Maison de Vessy».

Barrage ou contrôle du débit des eaux

La demande d’audience auprès du Conseil d’État

Elle a été entendue. Celle-ci et les motifs de la grève étaient du jour. Nous avons été informés par le Président du conseil d’Etat, que nous recevrons une réponse écrite par courrier. Le point la presse du Conseil d’Etat est reporté à jeudi midi (en place de mercredi fin de matinée.

La réunion du Conseil administratif

Programmée en fin de journée, elle avait pour objet de discuter sur les motifs revendiqués par les grévistes. Ceux-ci doivent aussi attendre un courrier.
Nous pourrions même pousser le trait jusqu’à dire que les vannes se sont refermées pour faire remonter le niveau de l’eau afin de pouvoir retrouver un débit suffisant pour produire l’étincèle de la communication.