Reprise de la grève à Vessy lundi 11 avril à 6 heures

Reprise de la grève à Vessy lundi 11 avril à 6 heures

CRCT : un coup dans l’eau pour M. Longchamp

M. Longchamp espérait casser la grève en saisissant la CRCT, Tribunal habituellement réservé aux conflits des entreprises privées. Il espérait aussi pouvoir rester à couvert et ne pas avoir à répondre aux revendications légitimes des grévistes. Mais cette farce n’aura abouti qu’à un cafouillage de plus, dont le résultat prouve que la CRCT n’a rien à faire dans le secteur public. Un seul acteur est responsable de ce secteur : les autorités cantonales. Qu’attendent-elles pour réagir ?

La grève continue

Difficile de faire taire le bon sens comme le bon droit… Car que demandent les grévistes en somme ?

1. Le respect

Nulle part à Genève où ailleurs, il n’est venu à l’esprit d’un employeur que le paiement d’un parking créerait une ligne de bus. Quand on ne prend pas son personnel pour des abrutis, on met en place un plan de mobilité correct qui permette aux employés de se déplacer sans voitures avant d’envisager faire payer les parkings. C’est la règle partout dans l’administration publique et dans le secteur privé. Partout, sauf à Vessy, où le personnel sert à payer les frais non budgetés par le Conseil d’Administration. Parce que finalement c’est ça le fin mot de l’histoire : Vessy a des factures imprévues qui lui viennent de l’Hospice, alors on s’invente un élan faussement écologique mais vraiment libéral. Désolé pour le CA, les grévistes ne paieront pas les factures de l’Hospice.

2. La négociation

Hou que voilà un mot horrible à entendre pour notre bon CA. Quoi ? Vous voulez négociez ? Mais de quel droit ? Que deviendrons-nous si on doit encore perdre du temps à discuter des revendications d’employés ? Alors pour éviter de négocier, le CA cherche par tous les moyens à échapper aux syndicats. Leur solution ? Trouver à tous prix des employés non syndiqués, pas organisés et pas formés à la négociation. En clair : la Commission du personnel, organe consultatif qui n’a jamais pris le premier cours de négociation syndicale, et pour laquelle l’employeur a essayé de faire des listes d’employés « surtout pas syndiqués ». Voilà qui devrait peser suffisamment pour éviter de rendre des comptes aux syndicats, trop revendicatifs au goût du CA. Belle idée… quand on veut justement éviter de négocier.

3. L’équité

Mon Dieu : qu’est-ce encore là pour une horreur ? Pourquoi voudriez-vous qu’on aille donner des primes à un personnel qui fait le même travail qu’un autre mais pour un salaire plus bas ? Ici, on veut bien faire payer un parking « comme aux HUG », mais pas payer des primes « comme aux HUG ». Il ne faut tout de même pas exagérer. L’équité, c’est bon seulement quand ça finit dans la caisse de l’employeur.

Respect, négociation, équité : voilà pour quoi se battent les grévistes de Vessy. Tous les grévistes de Vessy. Et ils se battront jusqu’à ce que ces principes soient respectés à Vessy, pour le bien de tout le personnel et des résidants.

REPRISE DE LA GREVE LUNDI 11 AVRIL A 6H !